Journées d’études innovalangues SELF japonais

Enseigner, apprendre et évaluer le japonais dans une perspective CECRL Quelles transformations dans les pratiques pédagogiques ?

Journées d’Études Innovalangues – Université Grenoble Alpes – 9 et 10 juin 2016

Intervenants invités
Jean BAZANTAY, INALCO
Hiroko OSHIMA, Université Paris Diderot
Nozomi TAKAHASHI, Université Bordeaux Montaigne
Norio MIHARA, INSA Lyon
Naoko SAKURAI, University of Leuven

Lien vers le programme de ces 2 journées

Ci-dessous les 8 articles :

1°) Echange d’e-mails hebdomadaire

Un essai pour les cours de japonais niveau avancé (B2-C1) – ÔSHIMAHiroko
Université Paris Diderot, CEJ (INALCO)

Résumé

Cet article présente les résultats d’un échange d’e-mails hebdomadaire effectué pendant 12 semaines, de septembre à décembre 2014 dans le cadre d’un cours d’expression écrite de japonais langue étrangère niveau avancé (B2-C1), donné aux étudiants de deuxième année du master co-accrédité par l’Université Paris Diderot et l’INALCO. Chaque participant des 20groupes formés de trois, voire deux non-natifs et d’un natif qui ne se connaissaient pas auparavant, envoyait à ses deux correspondants un e-mail hebdomadaire.

Comme conclusion, nous avons pu: d’une part démontrer que cette expérience a été évaluée positivement par nos étudiants natifs ou non-natifs; d’autre part analyser, dans une perspective

Télécharger le pdf de l’article complet

2°) Du bon usage de la «minorité»

L’enseignement de la langue et de la culture japonaises dans la formation de l’ingénieur humaniste – MIHARA Norio
Institut National des Sciences Appliquées Lyon

Résumé

Intégré dans le cursus de formation d’ingénieur, l’enseignement du japonais doit prendre une forme particulière conformément à la logique de son environnement. Il partage jusqu’à un certain point la problématique de l’enseignement des LANSAD (langues pour les spécialistes d’autres disciplines) mais sans avoir d’autonomie, ni son propre lieu, il est d’emblée stigmatisé comme matière ou langue mineures. Or, la formation d’ingénieur ne se borne pas à la transmission de connaissances scientifiques et techniques. L’école d’ingénieurs accorde une grande importance aux sciences humaines et sociales afin de former des ingénieurs capables d’agir dans un monde complexe en assumant leur responsabilité. Dans ce cadre, la section de japonais peut multiplier les rôles qu’il joue.

Télécharger le pdf de l’article complet

3°) Enseignement en numérique des écritures japonaises dans un cursus universitaire

Quel impact? Quels enjeux ? – TAKAHASHIN ozomi
UniversitéBordeaux Montaigne, CLLE-ERSSàB, UMR5263

Résumé

Notre texte présente un dispositif hybride de formation à la maîtrise des kanji, idéogrammes dont la connaissance détermine le succès de l’ensemble des apprentissages en japonais. Après une présentation du système graphique dans sa dimension historique (Shimamori, 2002), et du mode traditionnel d’apprentissage, on expose le contexte d’intervention (1ère année de Licence) et les objectifs de l’expérimentation d’un outil numérique complémentaire, motivant et autonomisant: le dispositif comprend un cours en présentiel associé à une plate-forme e-campus. La problématique d’apprentissage doit prendre en compte une forte diversité des apprenants (Lin-Zucker et al., 2011) en termes cognitifs, socio-affectifs, de niveau et de biographie langagière. Sont examinés l’environnement d’apprentissage et les conditions de réemploi des acquis. Face à un taux d’abandon traditionnellement élevé, traditionnellement élevé, le dispositif est-il plus efficace? On dresse un bilan équilibré sous l’angle de la réception, de la production, de la démarche cognitive observée et des connaissances finales de l’action entreprise. (Develotte, 2010) Des pistes sont tracées, pour une meilleure mise en convergence des objectifs, en termes linguistiques, culturels et de développement personnel de l’étudiant.

Télécharger le pdf de l’article complet

4°) L’enseignement des keigo au niveau débutant en contexte francophone

Jean Bazantay – INaLCO, CEJ

Résumé

Cet article traite de la question de l’enseignement/apprentissage de la langue honorifique japonaise (keigo) en classe de la langue étrangère du point de vue du CECRL et de l’approche actionnelle. Dans une perspective contrastive, nous proposons quelques pistes simples pour favoriser l’assimilation précoce de ce système linguistique réputé opaque pour les Occidentaux.

Télécharger le pdf de l’article complet

5°) L’enseignement du japonais selon la perspective actionnelle 

cas de l’élaboration d’un manuel niveau B1 CECRL – SAKURAI Naoko
University of Leuven, Leuven Language Institute

Résumé

Les principes duCECRL ont amené un« changement de paradigme» dans l’enseignement des langues depuis sa publication en 2001. De nombreux établissements d’enseignement de langues européennes mais également de langues non-européennes, par exemple le japonais, sont en innovation de nouvelles méthodes didactiques.Dans cet article, nous allons proposer des réponses sur deux questions : Quelles sont les caractéristiques d’un curriculum basé sur la perspective actionnelle ? Qu’en est-il de l’enseignement du japonais en Europe lorsqu’on prend en compte les perspectives du plurilinguisme et de pluriculturalisme ?Pour cela, nous allons passer en revue les idées du CECRL, présenter le projet collaboratif entre l’Université de Leuven (KULeuven) et l’Université de Grenoble sur le niveau B1du CECRL et analyser la structure et les caractéristiques du manuel du niveau B1 élaboré à la KU Leuven. Par conséquent, un curriculum selon la perspective actionnelle devrait être construit par des tâches plus réalistes apportant aux apprenants des résultats identifiables, arrangées en spirale incluant des activités de médiation et utilisant des matériels élaborés authentiquement. De plus,il devrait comprendre des explications et des exercices permettant un apprentissage solide des stratégies et de la grammaire. Enseigner le japonais en Europe permet non seulement de développer les capacités à communiquer en japonais mais également de contribuer à ouvrir l’esprit par rapport aux cultures et à construire des identités plus riches.

Télécharger le pdf de l’article complet

6°) Conception d’un test de japonais à partir du CECRL

SHIROTA Chieko – Université Grenoble Alpes, Innovalangues

Résumé

Dans cet article, nous présentons la démarche de la conception du test SELF japonais, un test de positionnement et de diagnostic basé sur le CECRL. Nous avons d’abord élaboré un référentiel adapté à la fois au public français et à la spécificité de la langue japonaise, les registres très variés et le texte composé de trois systèmes d’écriture, en partant des descripteurs du CECRL. Ensuite, nous avons conçu les tâches des niveaux A1 et A2, qui peuvent évaluer les habiletés des activités langagières authentiques conformément au concept et à la formalité du projet SELF.

Télécharger le pdf de l’article complet

7°) Processus de validation du test SELF (Système d’Évaluation en Langues à visée Formative) japonais

– premiers pilotages des items – Sylvain Coulange
Université Grenoble Alpes, Innovalangues

Résumé :

Cet article présente les deux premières sessions de pilotage du test du système d’évaluation en langues SELF pour le japonais. Il y sera détaillé l’organisation des passations du test, les participants, le processus de traitement des données et enfin les résultats obtenus. Ces pilotages se situent eux-mêmes au coeur d’un long processus de validation du test de positionnement, détaillé en introduction.

Télécharger le pdf de l’article complet

8°) Parcours cognitifs chez des étudiants lors de la passation du test pilote SELF japonais

– À partir du protocole think aloud – HIGASHI Tomoko
Université Grenoble Alpes, Lidilem, Innovalangues

Résumé

SELF est un test de positionnement informatisé et autocorrectif, dédié à l’évaluation des compétences de communication (compréhension de l’oral, de l’écrit et l’expression écrite courte) en se référant aux descripteurs du CECRL ainsi qu’à son approche «actionnelle». Nous avons effectué quelques séances du protocole think aloud (réflexion à voix haute) lors du premier pilotage, afin de s’assurer que les tâches sont conçues de manière à évaluer des compétences ciblées d’une part, mais aussi les parcours cognitif et métacognitif de l’apprenant face aux tâches proposées, ainsi que ses stratégies pour trouver la réponse.
Dans cet article, nous présenterons certains résultats de cette expérience.

Télécharger le pdf de l’article complet